menu menu menu menu menu menu menu menu menu menu menu
FAN MANGA DBZ          Le site des fan-mangas sur dragon ball           114 fan-mangas en ligne           france italie allemagne brazil portugais facebook twitter facebook


Manga se passant dans un
univers alternatif
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga


les cross over
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga


Autres fan Mangas
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga


Manga se passant avant ou
pendant Dragon ball
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga


Mangas se déroulant
après Dragon ball
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga


Mangas se déroulant pendant
ou après DBGT
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga

Bibidi, les origines du mal

Fanfic par Quent68

CHAPITRE 4 : UNE ACCELERATION INATTENDUE ! IL VOUS TUERA TOUS !
Un dégagement puissant de vapeur rose s’échappa de la demeure de Bibidi. Les deux sorciers foncèrent alors dans cette direction, enveloppés d’une aura transparente traduisant la vitesse de leur déplacement. En quelques secondes, ils arrivèrent devant la résidence, frappée par un séisme local. Bibidi constata de part une fenêtre que l’incident avait lieu dans son laboratoire. Ils entrèrent à l’intérieur. La réaction de Bibidi était partagée entre l’effroi et la fierté. La masse gélatineuse rose avait fait céder plusieurs cuves, tel un tsunami dévastant des maisons. Il se contenta de dire à voix basse : « La substance, elle est vivante, ça marche. » Son acolyte temporaire s’empressa de crier : « C’est quoi ce truc immense ! Ne me dit pas que tu as crée un truc pareil ? Comment est-ce possible, cette chose dégage beaucoup d’énergie ». Bibidi répondit franchement, en évitant de mentir : « Oui je l’ai crée, mais je ne pensais pas que le processus irait aussi vite ! Il s’agit d’un subtil mélange alimenté par une forte quantité de ma magie...mais...le produit était encore inachevé. Il était sujet à fermentation dans ses cuves. L’autre sorcier était déjà paniqué : « Merde, mais qu’est ce que tu as donc en tête Bibidi ! » « Pas de panique, je vais l’arrêter. » La masse rose se tordait, jusqu’à atteindre dangereusement les deux sorciers. Tel un bras pouvant s’allonger, une mince partie vint s’agripper à Mamôdoh. « Lâche-moi, créature !! ». Le Madôshi ne se laissa pas faire. Il brandit de longues griffes acérées, rattachées à sa main droite, puis alla les enfoncer directement dans la gélatine qui exerçait son étreinte. De la vapeur apparaissait sur ce bras artificiel, au contact du Ki de Mamôdoh. Puis l’offensive stoppa net. La chose recula, et n’eut pas le temps d’attaquer d’une autre manière, et pour cause. En une fraction de son seconde, Bibidi pointa son doigt vers elle, et prononça : « Pétrification ! ». La vague qui était véritablement en vie se recroquevilla pour s’étaler au sol comme une flaque, sous les yeux ébahis de l’autre sorcier. « Incroyable ! Il l’a arrêté, avec un seul doigt. Il n’a rien perdu de ses pouvoirs, il reste toujours le meilleur sorcier de cette planète. » Effectivement, Bibidi était connu pour être le Madôshi le plus talentueux, capable de tuer le chef en un rien de temps s’il le voulait. Mais ce que Mamôdoh ignorait, c’est que Bibidi avait des motivations beaucoup plus grandes. Mamôdoh reprit son calme : « Alors, tu vas me dire de quoi il s’agissait ? Cette espèce de vague a bien failli me choper. Elle semblait vivante de toute part. J’ai jamais vu un truc pareil. » Bibidi prit quelques secondes pour réfléchir à sa réponse : « Je vais lui faire un peu peur. Avec un peu de chance, il en parlera autour de lui, mais ce sera déjà trop tard. Hé hé ! Les deux sorciers se regardaient attentivement. « Tu sais, reprit Bibidi, je suis sûr que même toi tu as déjà eu envie de quitter cette planète macabre, n’est ce pas ? Tout le monde est attiré par l’inconnu. Moi, je prends mes précautions. Je ne compte pas pourrir ici, mais je suis conscient des dangers. L’univers est tellement vaste. Désormais, ce n’est qu’une question de jours, et une fois terminé, ce qui ressemble à une mare de boue actuellement deviendra le plus grand guerrier de tous les temps. Parfait sur tous les points, il exécutera chacun de mes ordres, et surtout, il ne connaitra pas la pitié. » « Quoi ? J’ai du mal à comprendre. » « C’est pourtant simple. Je suis déjà le plus fort sur cette planète, ainsi je veux étendre ma force, et c’est ma magie qui va m’y aider. Je veux laisser mon empreinte à jamais dans l’univers. Et j’ai suffisamment attendu ici. Ce que tu as devant toi n’est qu’une larve comparé au résultat final, mais tu le saura bien assez tôt. » « Et tu crois pouvoir fabriquer la créature ultime sans connaitre le reste de l’univers ! Voyons, sois raisonnable. Tu l’as dit toi-même : l’univers est si vaste. Tes illusions de grandeur te montent à la tête, nabot ! » « Pff, froussard, il est trop tard pour reculer. Ma créature vous balayera tous, sans exception ! Tu ne peux même pas imaginer tout ce qu’elle peut faire. Et, contrairement à nous, Madôshis, elle n’aura pas besoin d’attendre des centaines de milliers d’années pour se servir de sa force, une force qui dépassera l’entendement ! Il y a bien longtemps que j’attendais ce moment, moi qui ai échafaudé ce plan pendant une éternité. Notre pauvre existence nous a limités à faire des tours de passe-passe, c’est ridicule ! Il n’y a que moi qui l’aie remarqué. Je sais très bien que tu ne me prendras pas au sérieux, quoi que je puisse dire, mais tu n’aura pas le temps de le regretter. Dis-moi Mamôdoh, tu es content, car tu peux transformer les faibles en bonbon ? Et en cela tu te crois fort ? Laisse-moi te dire que tu n’es qu’un idiot. Ha ha ha ! Vous avez tous passé des décennies à vous entrainer, de vulgaires primitifs comme vous ne peuvent comprendre ma façon de pensée. Surtout toi, gros lard ! » « Enfoiré ! Tu es bien placé pour savoir que mon pouvoir est redoutable !! » Le Ki de Mamôdoh venait d’augmenter fortement. L’atmosphère pesante était sur le point de céder. Bibidi avait pris un air méprisant envers le sorcier. « Je suis capable de faire mille fois mieux. » « Essaye d’abord d’arrêter mon ray... » Le rayon n’avait pas eu le temps d’apparaitre, alors que Bibidi souriait. Mamôdoh, qui était devenu son adversaire, se tenait la tête de toutes ses forces, et commençait à décoller du sol. Il sentait son crâne céder à la pression énorme envoyée par Bibidi. Il s’agissait d’une forme de télékinésie, technique dont Bibidi était passé maitre. Il déplaçait son ennemi progressivement vers la cuve la plus proche, là ou la masse maléfique avait pris refuge. Celui-ci était complètement paralysé par les pouvoirs qui l’entravaient. Il essaya malgré tout de bouger ses lèvres, mais l’action était impossible. « Laisse-moi deviner. Tu voudrais me proposer une alliance, pour t’attirer les bénéfices et sauver ta pauvre vie, car en somme, tu sais que j’ai raison. Tu as l’honneur d’être la première victime d’une longue série, il faudra te contenter de cela désolé. » Bibidi était en extase. Il était déjà supérieur en tous points à ceux de sa race, et en plus il allait bientôt conquérir l’univers grandissant qui se profilait autour de lui. Finalement, toutes ses années lui auront permis de savoir qu’il ne faut pas se reposer sur ses acquis. Le potentiel de ce Madôshi était presque illimité. Il jeta alors sa cible dans la cuve pleine, le pauvre bougre pouvait désormais bouger, mais sera tout de même englouti par la substance étrange qui avait failli le tuer dix minutes avant. Les yeux de Bibidi s’illuminèrent de rose. Cette couleur semblait être prédominante quand il se servait de ce Ki. Voila pourquoi sa création était de la même couleur. Quant à Mamôdoh, le son qui se fit entendre indiqua à Bibidi que sa tête avait bel et bien explosée. D’un regard perçant, le petit sorcier vert avait fait de Mamôdoh un petit repas destiné à l’invention démoniaque. De retour au calme, Bibidi se fit une remarque : «  Me transformer en bonbon hein ? Quelle bonne idée ! Je suis certain que mon petit monstre adorera les bonbons. Merci du coup de main Mamôdoh ! » Du sang de couleur bleu remontait à la surface de la cuve, ce qui rappela à Bibidi que son monstre en aurait besoin. « Il va me falloir plus de sang, car je dois lui bâtir un organisme tout entier si je veux qu’il vive pleinement. » Ce qui laisse supposer bien d’autres victimes dans le futur... « Jour 1001, étape de fabrication, Le changement le plus rapide que j’ai observé. Maintenant que les ingrédients de base n’ont plus à être modifiés, je vais pouvoir démarrer la création des organes internes, ainsi que la structure de base. »


Accéder directement à la page :


1 2 3 4