menu menu menu menu menu menu menu menu menu menu menu
FAN MANGA DBZ          Le site des fan-mangas sur dragon ball           114 fan-mangas en ligne           france italie allemagne brazil portugais facebook twitter facebook


Manga se passant dans un
univers alternatif
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga


les cross over
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga


Autres fan Mangas
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga


Manga se passant avant ou
pendant Dragon ball
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga


Mangas se déroulant
après Dragon ball
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga


Mangas se déroulant pendant
ou après DBGT
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga
fanmanga

Nekomajin Z, le super chat-iyen

Fanfic par Majin-vegeto89

Chapitre 6: Twin Pain: Payback "Ka…me..ha..me…HAAAA !!" En plein dans le mille ! C17 surpris n'a pas pu l'éviter… A moins qu'il n'ait pas cherché à l'éviter ! Pétrifié de surprise… Sangohan regarde avec incrédulité le jeune homme émerger intact du brouillard de l'explosion… entouré d'une bulle énergétique… il n'a même pas reculé sous l'impact… Mieux, il jubile : "Qu'est ce que tu croyais… tout à l'heure tu nous as pris par surprise !" Le cyborg éteint sa bulle de protection en avançant lentement avec assurance vers le jeune garçon interloqué : "Mais j'aurais dû m'y attendre… il n'y avait aucune raison pour que tu fasses mieux que cette mauviette de Vegeta…" Sangohan est atterré… Vegeta une mauviette ?!... Puis il se souvient… effectivement, même Super Saïyan, Vegeta n'a pas fait le poids face à eux… c'est d'ailleurs pour ça qu'il l'a entraîné dans la salle de l'Esprit et du Temps… Il s'était dit que c'était pour qu'ils puissent unir leurs forces… Mais non ! Même pas… Il l'avait laissé descendre seul au secours de sa famille… "Ils ont tué assez de monde aujourd'hui, ils ne se battront plus à fond… vas-y si ça t'amuse !" S'amuser ?!... Il avait de l'estime, de l'admiration… de l'affection même pour le Prince auprès duquel il venait de passer une année complète… mais là… il ne le comprenait absolument pas ! C17 se tourne… il regarde le pauvre Krilin toujours assis dans la même position avec un regard de complet ahuri… "A moins qu'une petite motivation supplémentaire ?..." Sangohan regarde le cyborg avec de grands yeux candides… que veut-il dire ?... C17 complète : "Un petit enjeu pour pimenter la partie… je touche le sol en premier, tu sauves la vie du petit chauve… c'est toi qui mord la poussière… il meurt… simple non ?!" Tandis que Sangohan a du mal à réaliser la terrible proposition qui vient de lui être faite… le regard de C18 se durcit… son frère est vraiment un enfoiré ! Elle ne comprend pas que le fait qu'elle puisse s'intéresser un peu à quelqu'un d'autre lui déplaise tant ! Sangohan quand à lui s’apprête à hurler quand quelque chose le retient. Il a sentit quelque chose… Surpris, il porte son regard à l’horizon. Une énergie inconnu s’approche. Une énergie étrange. Ça bien sur, le cyborg l’ignore, mais la nouvelle expression de son jouet du moment l’étonne suffisamment pour qu’il oubli pour l’instant ses projets macabres. Il suit ensuite le regard du gamin vers le ciel à sa droite. D’abord rien, puis il distingue un point à l’horizon, se dirigeant droit sur eux. - Qu’est-ce que c’est? C’est sa sœur qui vient de parler, elle aussi à repérer le nouvel arrivant. Enfin, il est suffisamment près pour que les combattants le détaille… Et c’est trois paires d’yeux stupéfaits qui contemple alors la créature. C’est la première fois que Gohan voit ça. Un instant, l’éclat orange du kimono lui a réveillé un fol espoir. Un instant il a cru que son père venait le sauver! Mais le porteur de l’habit si familier est bien différent du défunt saiyen. Un gros chat bleu, aux oreilles pointus, sans nez, les yeux formant deux lignes graves qui observent le triste spectacle. Le nouveau guerrier (semble-t-il) descend rapidement au sol. Il avance lentement au milieu des décombres. La vue du jeune saiyen, brouillée de larmes, l’empêche de voir la douleur sur le visage du félin lorsqu’il aperçoit le corps de Yamcha et l’ombre de Krilin, recroquevillé par terre, près de la jeune femme blonde qu’il regarde à peine un instant. - Tu le connais? Gohan sursaute en s’apercevant que la question lui est adressé par son bourreau mécanique. Le cumul des dernières heures combiné à l’apparition en kimono l’on semble-t-il rendu muet. Il hoche simplement la tête horizontalement. Avec un sourire, C17 se dirige vers ce qu’il imagine déjà comme une nouvelle limace à torturer. L’autre le laisse approcher sans esquisser le moindre geste de fuite, ce qui ne manque pas d’étonner le jeune homme cybernétique. Il se campe devant le chat, d’à peine plus de la moitié de sa taille et le toise d’un regard sadique. - Tu viens te joindre à la fête, mon minet? L’autre ne réponds pas, l’air toujours aussi sérieux, il regarde Gohan derrière la machine. Fouillant dans sa ceinture d’une patte, il sort alors au vu et au su de tous un senzu, avant de commencer à contourner la créature de Gero, sans lui accorder le moindre regard. Un dixième de seconde plus tard, un flou coloré replace le cyborg juste devant l’insolent. C17 sourit toujours, mais une lueur de mauvaise humeur brille maintenant dans ses yeux, comme un enfant roi auquel on refuse l’attention qu’il pense mériter. - Et tu crois aller ou comme ça? Le chat incline très légèrement la tête pour regarder au fond des yeux clair du tueur. - Laisses moi passer… C17 écarquille les yeux devant cet… Bon dieu mais oui, c’est un ordre! Cette créature ridicule lui donne un ordre, à lui! Le sourire a disparu, remplacé par une expression de colère contenue. Il savoure un dernier instant la montée de ce qu’on qualifierai d’adrénaline chez un humain. La poussée du meurtre à venir. - Euh… Comment dire? Non. Gohan observe l’étrange guerrier, tétanisé. Il sent l’énergie qu’il dégage, à peine plus que Krilin dans son état actuel. Il sait voler certes, mais après? Il a l’air totalement inoffensif, et sans qu’il sache pourquoi, il ressent une certaine sympathie pour lui. Comme un vieil ami qu’il n’aurait pourtant jamais vu. Ce visage si sombre semble si près au rire. Le jeune saiyen aimerait le défendre, bouger, faire quelque chose, mais en même temps, il a décelé dans l’étrange regard une assurance peu commune. Il faut qu’il tente quelque chose, au moins l’avertir du coup à venir. Aspirant un peu plus d’air, il hurle: - Atten… Un bruit de percussion explose dans la clairière dévastée, et le fils de Goku écarquille les yeux, de même que C18. C17, quand à lui, a les yeux exorbités au delà du possible. Et le jeune saiyen voit l’invincible tueur tomber à genou, terrasser par un fulgurant coup de poing dans le ventre, qu’il tient à présent des deux mains, le souffle coupé. Il a mal! Il ne sait par quel prodige, mais il a mal. Le félin le regarde, le poing toujours tendu, puis il le ramène le long du corps et reprend son chemin, vers un demi-saiyen totalement transi. C18 observe son frère à terre, puis le chat, puis encore son frère. Une sorte de demi sourire se dessine sur son visage. C’est une comédie, n’est-ce pas? C17 va bientôt se relever en riant de la pitoyable attaque d’un ennemi tout aussi pitoyable. Mais le peu qu’elle aperçoit du jeune visage, derrière la cascade de cheveux noirs, et l’onde de choc qu’elle a ressenti lors du coup ne laisse guère de place à cette idée: c’était une attaque effroyable, bien plus puissante que tout ce qu’ils avaient vu jusque là. Et c’est un chat qui viens de faire ça… C’est ridicule, il y a forcément une autre explication… Gohan voit le combattant s’approcher de lui et se mettre à genou pour être à sa hauteur. Son visage est transfiguré, comme si une autre personne avait pris la place du terrifiant guerrier bleu (car il avait été terrifiant, Gohan avait ressenti son coup de poing jusque dans la moelle de ses propres os, alors qu’il était à vingt mètres) pour le remplacer par… Un ami, un allié. Tendant sa patte, le félin lui demande d’un ton empli de toute la chaleur du monde: - Est-ce que ça va, Gohan? Une nouvelle surprise. Comment sait-il? - Qui… Qui êtes vous? Le chat hausse très légèrement ses sourcils inexistants, mais ne parait pas surpris plus que ça, tout cela lui semble logique: - Tu ne me connais pas… Bien sur, si j’avais été là, j’aurais empêché ça… Je n’existe pas ici… Il n’existe pas? Qu’est-ce qu’il veut dire par là? Le chat semble lire sur son visage: - C’est une longue histoire Gohan, saches juste une chose, je suis un ami. Tiens. Il lui tends un senzu, qu’après un temps d’hésitation, il prends, avant de se relever, régénéré. Le chat se relève à son tour et lui lance: - Je m’appelle Nekomajin, tu peux m’appeler Z, ou Neko. Il laisse une seconde à son jeune ami pour assimiler l’information avant de prendre un ton plus sérieux et de demander: - Ou est Goku? Mais qui c’est, ce type? Il connait son père, son nom… Mais il lui doit une réponse, ne serait-ce que pour le sauvetage. - Il est mort, depuis longtemps… - C’est ce que je craignais… Maladie cardiaque n’est-ce pas? - Mais comment…? - Pas maintenant Gohan. Nos « amis » vont revenir de leur surprise. Emmène Krilin au palais de Kami-sama, je vais m’occuper de ces deux là. L’enfant voudrait répliquer mais déjà, Nekomajin à tourné les talons. Il se dirige maintenant vers un C17 plein de hargne qui a finalement surmonté la douleur. Gohan, obéissant, se dirige vers Krilin, sous le regard des deux machines à tuer. Il avance, prudent. C17 esquisse un mouvement mais est aussitôt interrompu par une voix glaciale et sans réplique: - Ne l’approchez pas, votre adversaire, c’est moi! Puis une lumière l’entoure, et Nekomajin prend feu, sa fourrure virant au doré tandis qu’une aura parcourue d’éclairs l’entoure, secouant le paysage alentour. Le félin d’or poursuit: - Et croyez moi, c’est déjà bien assez pour vous deux... Tout le monde s’est figé devant l’étonnante métamorphose du chat combattant. Le cyborgs s’étonnent légèrement, sans plus… Après tout, même le gamin brille, alors pourquoi pas un chat? Krilin s’est légèrement redressé, attiré par le crépitement des éclairs et l’incongruité de la situation. Pour Gohan, c’est un quasi arrêt cardiaque. Les autres spectateurs sont incapables de ressentir les énergies, que ce soit à cause de leur états psychologique ou leur statut de robots. Mais pour lui, c’est phénoménal. Comme si une montagne venait de pousser devant lui. Il est bien plus puissant que lui… Bien plus puissant que Vegeta… Et, il commence à espérer, bien plus puissant que les cyborgs. La quantité d’énergie qu’il dégage est totalement ahurissante, et ce n’est pas le plus étonnant. Ainsi changé, il ressemblait à un super saiyen. Même plus qu’un super saiyen. Un nouveau stade, autre chose… supérieur. En cet instant, Gohan comprend ce dont parlait Vegeta quand il l’entendait marmonner au sujet d’un « au-delà du super saiyen ». Il l’a devant les yeux… Et c’est un chat. C17 ne se laisse pas perturber. Il en est convaincu maintenant, le coup précédent était un énorme coup de chance. Cette bestiole a sans doute frappé un endroit particulier de son corps, moins protégé à la conception par cette andouille de Gero. Ou peut être a-t-il un peu sous estimé les attaques du gosse, qui aurait affaibli sa structure? De toute façon, un chat ne peut pas être plus puissant que l’ultime étape sur le long chemin du pouvoir: lui-même. Ça, au moins, c’est certain. Et c’est pas trois éclairs et quelques effets de lumières qui vont lui faire peur! Néanmoins, l’androïde se met en position de combat. Plus de coup de chance pour la descente de lit… - Tu veux qu’on s’en occupe à deux? C’est C18 qui vient de lui parler. Il lui jette un regard un peu incrédule. Elle a l’air… inquiète? Son doux visage entouré de cheveux blonds a l’air légèrement tendu tandis que ses yeux vont de leur adversaire à lui-même. Pff… Autant la rassurer tout de suite. - Tu plaisantes, j’espère? Moi, besoin d’aide pour écraser un vulgaire chat? Ses effets de lumière te font de l’effet on dirait. Aurais-tu peur, sœurette? - Pff, imbécile. réplique-t-elle en croisant les bras. J’ai juste envie de bouger un peu, y en a marre que ce sois toujours toi qui t’amuses. Un sourire nait sur le visage du brun. Là, c’est la C18 qu’il connait! Il est même sur le point de répliquer quand: - Tu devrais écouter ta frangine, tas de ferraille assassin. Avec moi, tu risques de trouver ton « jeu » moins marrant. Nekomajin ne cache même pas son dégout lorsqu’il prononce sa phrase. Et la réaction est à la hauteur de l’égo surdéveloppé de l’insulté. Celui-ci semble comme foudroyé par l’insulte et découvre une rangée de dents blanches en hurlant presque: - Comment tu m’as appelé??? L’autre, pas impressionné pour deux sous, continu, son ton montant en même temps que la colère qu’il a maintenant du mal à contenir: - Fermes-la! Tu fais le malin parce que personne jusque là n’a pu te tenir tête. T’es une grande gueule, qu’attends tu pour passer à l’attaque? Tu préfères que je vienne? Aucune réponse articulée mais le grésillement caractéristique du passage en super vitesse se charge d’expliquer les intentions du cyborg. En une demi fraction de seconde, il apparait derrière cette saloperie qui, il se le jure, va payer très cher son manque de respect. Il expédie alors son pied vers la nuque découverte qui s’offre à lui. Que…?? Nekomajin se penche soudain vers l’avant, évitant la promesse de mort d’un cheveu. Prenant appui au sol d’une patte, une simple pression le projette contre la machine à tuer, le heurtant brutalement en le faisant reculer de plusieurs mètres. Prolongeant le geste, il envoi alors son coude en plein sur le nez cybernétique, provoquant un son mat assez surprenant. Le plus surprenant arrive ensuite, quand le plus puissant cyborg de son temps porte sa main à son nez pour y recueillir un liquide tout sauf attendu. Alors que C17 regarde son propre sang d’un air confus, Nekomajin se fend d’un petit sourire sans joie et lance: - Pour citer un vieil ami: c’est bien conçu comme jouet, c’est du sang ou de l’huile? Piquer au vif, le brun saute à la vitesse de l’éclair sur le chat, en rage. C’est alors un échange d’une puissance rarement vu qui se déroule sous le regard ébahi des spectateurs. L’humain artificiel fou furieux lance un véritable déluge de coups sur un adversaire désinvolte, d’une tranquillité presque cruelle… Ce qui fait inévitablement revenir dans l’esprit du jeune homme le souvenir de… lui-même combattant les pucerons défenseurs de la terre. Sauf que les rôles se retrouvent inversés, ce qui ne convient absolument pas au tueur. Une patte brillante l’interromps soudain dans sa réflexion en venant lui empoigner la gorge, lui coupant presque le souffle. Une autre patte atterrie dans les cotes modifiés, achevant d’immobiliser le guerrier, transi de douleur. C17 voit alors la patte se relever devant lui, prête à frapper. - Vous avez assassiné des gens de bien… Sans le moindre scrupule. Il est temps que vous ayez la monnaie de votre pièce. Et le poing s’abat. L’impact résonne dans toute la clairière, expulsant une violente onde de choc qui secoue tout les arbres environnant, faisant même un peu reculer les spectateurs du combat. Un silence de mort s’abat alors sur les lieux. C18, totalement stupéfiée, a porté sa main à sa bouche pour retenir un cri. Une réaction très humaine, totalement inconsciente, mu autant par la surprise que par l’attachement bien réel qu’elle a pour son casse pied de frère. Elle est presque horrifié par ce qu’elle vient de voir. Pas par le coup de poing, elle est bien forcé de s’avouer qu’elle n’a pas vu le mouvement… Pas par sa puissance non plus, elle sait qu’elle n’arriverait sans doute pas à frapper aussi fort en y mettant tout son pouvoir. Non, elle est horrifiée par le fait que le chat n’a pas relâché sa prise sur la gorge de son frère au moment de l’attaque. Le poing à atterrit à pleine puissance dans la mâchoire de C17 qui n’a même pas eu la chance d’être rejeté en arrière par l’inertie de l’impact. Toute la violence de l’attaque, en pleine tête… Mais C18 voit aussi que son frère n’est pas resté totalement immobile non plus. Le foulard rouge de son alter ego masculin se tache peu à peu d’un rouge plus sombre, échappé des plaies ouvertes par les griffes du félin lors du brusque recul de sa proie, ouvrant quatre profondes marques dans la chair du cou, solide certes, mais pas assez contre ça. C17, lui, reste immobile, la tête basculée vers l’arrière, deux yeux blancs fixant le ciel d’un regard vide. Il semble… - Il n’est pas mort, annonce Nekomajin à l’adresse de la tueuse mécanique. Vous autres ferrailles l’avais peut être oublié, mais l’esprit humain a tendance à se protéger de la douleur en se « déconnectant » (le terme est on ne peut mieux choisi dans votre cas). En clair, voila le tout puissant C17 évanoui, comme n’importe lequel de ses « jouets ».ça devrait lui donner à réfléchir. - Salaud! Tu vas me le payer! C18 hurle tandis qu’elle s’envole en super vitesse vers la créature grotesque qui vient d’oser toucher à son frère. Elle enfonce son poing aussi fort qu’elle le peut dans la joue rebondis du guerrier en kimono. Elle a fait mouche! Il n’a même pas eus le temps de réagir… À moins… Qu’il n’ait pas pris la peine de réagir au contraire? La deuxième solution semble se confirmer quand Nekomajin attrape doucement la main si féminine pour l’éloigner de son visage totalement intact, et même moins colérique. Ses yeux extrêmement fins sont difficiles à cerner, mais alors qu’ils la fixent, elle ressent clairement l’émotion de l’observateur: la peine. L’aura parcourue d’éclairs pulsent fortement autour de l’être doré, mais la jeune femme entends distinctement un murmure. Un murmure qui lui est destiné: - Quel gâchis… Pourquoi, C18? Pourquoi tout ça? - … - Pourquoi avoir choisi cette voie? Pourquoi devenir les destructeurs de l’humanité? Est-ce dont tout ce que vous a inspiré cet immense pouvoir? Les paroles pénètrent au cœur même de l’esprit de la cyborg. Ce chat n’est pas la première personne à lui poser la question, loin s’en faut. Mais il est le premier à le faire avec une peine si marquée, et pas seulement pour ces pitoyables ver de terres humains, mais aussi pour elle, elle le sent. Il la domine totalement, et pourtant, il ne l’achève pas. Il lui parle, non comme un geignard demandant grâce, mais comme son égal, et même bien plus. Et parce qu’il est tout cela, les mots font autre chose que glisser sur le marbre de son sourire moqueur. Elle se souvient… Elle se souvient de son réveil dans le laboratoire, il y a tellement peu de temps. De la terrible colère en apercevant le visage de leur bourreau. De l’envie de vengeance, de l’obéissance feinte, jusqu’à ce que l’occasion se présente, et qu’enfin le monstre meurt. Puis arriva alors ce terrible instant de latence… Gero était mort, et ils étaient libre… Libre… De quoi? Son Goku, la raison même de leur existence, avait disparu depuis longtemps. Alors que faire? De nombreuses possibilités, lui avait alors effleuré l’esprit, dont celle de, peut être, reprendre sa vie d’avant? Pourquoi pas après tout? Son corps n’avait pas de modifications voyantes… Et puis elle avait vu le regard de son frère tant aimé. Il fixait le corps à ses pieds en regardant sa main couverte de sang. Quand il l’avait regardé, une nouvelle lueur était apparue dans son regard. Il lui avait demandé de l’accompagner dehors. Ils avaient volés ensemble au dessus des montagnes sans un mot, jusqu’à ce qu’ils tombent sur un couple de promeneurs isolés. C17 en avait abattu un d’un tir bien placé, sous ses yeux effrayés. Et puis il lui avait dit: - C’est marrant! Vas y essaies tu va voir! Et elle l’avait fait… La soif de sang de son frère avait été communicative. Ils avaient décidé de leur nouvel objectif: tuer, détruire, pour s’amuser. Ensuite, elle avait suivi, un peu en retrait, apprenant a apprécier ce nouveau jeu. Parfois, elle avait eu des instants de flottement, indécise, mais son frère l’avait toujours influencé un peu plus, la poussant à reprendre le massacre. Et puis c’était devenu normal… Et elle en est là, venant de tuer plusieurs combattant, le bras fermement bloqué par un chat surpuissant qui la regarde avec une tristesse inimaginable au fond des yeux. Son regard se porte sur son frère inconscient, elle se sent déboussolé, sans son regard approbateur ou non. Une petite révélation se fait en elle. Est elle vraiment si soumise à son alter ego masculin? Une voix calme la sort de ses pensées: - Il est encore inconscient, tu peux parler librement… Elle reste ébahi… Il lit dans les pensées ou quoi? Il continue: - L’âme de ton frère est pourrie jusqu’à la moelle, mais crois moi, tu peux échapper à son influence. Tu as déjà commencé d’ailleurs. Et il jette un regard vers le petit chauve assis plus bas, soutenue par le gamin. Elle rougis un peu. Et il reprends: - Tu peux avoir ce que tu désire, tu peux arrêter. Tu… - Ah oui?? Arrêtes donc ça plutôt! Le chat et la jeune femme tourne la tête en même temps. C17 est réveillé. La rage a toujours eu le don de pousser les hommes dans leurs derniers retranchements pour un court instant. C’est encore plus vrai dans le cas des saiyens, ces véritables générateurs de puissance nourrit à la colère. Une machine n’aurait que faire d’un tel sentiment, incompréhensible de par sa simple nature. Mais C17 n’est pas une machine, pas totalement. Son esprit reste humain, bien qu’incroyablement vif. Gero a fait de l’excellent travail, la fusion de la biologie et de la technologie est parfaite. À tel point que la rage que ressent à présent le jeune homme, si convaincu d’être l’invincible maître de tout ce qu’il peut voir autour de lui, à l’idée d’avoir était joué par un simple chat déclenche une montée d’adrénaline, qui vient booster momentanément les capacités de l’humain artificiel, lui donnant la force suffisante pour lancer son pied de toutes ses forces dans le visage doré tout en utilisant ses deux mains pour faire lâcher prise à l’ignoble bête. L’attaque s’est déroulé en quelques dixièmes de secondes, contre un Nekomajin ayant baissé sa garde, qui volent maintenant à toute allure au dessus de la luxuriante forêt. C18 regarde alors son frère, sans déceler la moindre trace d’émotion positive dans ses yeux. Il prend juste le temps de lancer: - Merci d’avoir tailler la bavette avec ton nouveau pote au lieu de m’aider petite sœur. On aura des choses à se dire quand je l’aurais réduit en charpie… Et il s’envole à la suite du combattant en kimono, laissant C18 les bras le long du corps, yeux baissés dans une expression de détresse très inhabituelle pour son joli visage. Elle commence à s’avancer lentement vers les lieux du futur affrontement, et murmure: - Tu n’y arrivera pas… Et elle accélère. Bientôt, elle se retrouve à foncer presque à son maximum. Elle est troublé pas cet être si étrange, mais elle est certaine d’une chose: son frère n’a aucune chance contre Nekomajin, et ce dernier semble le haïr au plus au point. Si elle ne lui vient pas en aide, il court à la mort. Au sol, Gohan voit l’action se déporter ailleurs sous ses yeux. Il n’arrive toujours pas à croire qu’il a vraiment vu tout ça. Les effroyables cyborgs, insensibles, invincibles, mis à terre en à peine quelques coups. Le nouveau stade du super saiyen, si infiniment supérieur au sien. Son nouvel allié, qui semble tout connaitre de lui alors que lui ne l’as jamais vu… Tout est tellement surréaliste. Mais en même temps, le garçon sent en lui quelque chose. Une petite flamme qu’il aurait cru éteinte depuis bien longtemps. L’espoir. De survivre… De gagner… Et cela repends une telle chaleur en lui qu’il s’en évanouirait presque, s’il pouvait se le permettre. Mais le temps n’est pas encore venu de se reposer. Krilin est toujours amorphe dans ses bras, il doit l’éloigner d’ici, rejoindre le palais du tout puissant. Et c’est alors qu’il se relève, son ami sur l’épaule qu’il aperçoit une lueur doré foncer vers lui. Ce n’est pas ce Nekomajin, il arrive de l’opposé de sa position actuelle. Et c’est quand le nouvel arrivant le dépasse sans même faire mine de ralentir que le jeune garçon comprend de qui il s’agit, et que son espoir nouvellement acquis se dissipe quelque peu. Car il connait parfaitement le guerrier rayonnant qui vient de le dépasser, et il n’est pas sur que ses intentions soit d’aider leur allié inespéré. - Eh bien, C17? Tu as tout donné? Monseigneur tout puissant aurait-il des limites? Nekomajin esquive une fois de plus le poing filant vers son visage en se penchant sur le coté, puis bascule en arrière pour laisser un énième coup de pied passer légèrement au dessus de lui. Se redressant, il envoi alors un coup de patte puissant dans la joue découverte du jeune cyborg qui recule de plusieurs mètres sous le choc. Ce dernier porte sa main à son visage, maintenant écorché en de multiples endroits, de même que ses vêtements, éprouvé par plusieurs longues minutes d’affrontement. Il lance un regard assassin au monstre qui lui sourit de toutes ses dents, mais certainement pas de joie. Il le nargue purement et simplement. Nekomajin lève alors une patte, faisant signe à son adversaire d’approcher. - Énergie perpétuelle et insensibilité quasi-totale à la douleur. Tu ne vas pas me dire que c’est tout ce que tu as dans le ventre? Bien sur, c’est suffisant pour jouer avec la vies de pauvres innocents… L’androïde tremble: - Tais toi, tais toi… TAIS TOI!!! Il lance alors les bras en avant, déclenchant un tir d’énergie bleue, groupé et extrêmement puissant droit sur le félin moqueur. Ce dernier utilise alors simplement son bras toujours levé pour frapper méthodiquement et sans efforts chaque tir, au point que son bras devient flou sous l’effet de vitesse. Mais son assaillant n’a pas l’intention de relâcher l’attaque. Comme le salaud l’a dit lui-même: énergie perpétuelle. Et il a bien l’intention d’en abuser jusqu’à finir par griller cette saloperie de greffier au point de n’en laisser que des cendres. Il ne remarque pas le félin or qui lève alors doucement sa main gauche au niveau de son coude avant d’ouvrir la paume vers le cyborg. Ni l’énergie qui commence à s’accumuler au creux de cette patte tandis que son possesseur dit doucement: - Ne… Ko… Ha… Me… Et tandis qu’il crie la dernière syllabe, déchainant une vague d’énergie d’un bleu profond à travers le mitraillage assez pitoyable en comparaison de l’humain cybernétique totalement stupéfié, une ombre se jette sur ce dernier juste avant l’explosion cataclysmique qui s’ensuit. Nekomajin a retrouvé son air grave. Il ne peut pas sentir l’énergie émise par les cyborgs, et espère n’avoir pas attaquer trop fort. Mais si ce qu’il a cru apercevoir avant l’explosion est juste… Un léger sourire vient éclairer son visage rond lorsque la fumée se dissipe. - C18... Entre deux volutes apparait alors la tueuse blonde entourée d’un halo d’énergie protectrice, juste devant son frère, étonné. La jeune femme désactive son bouclier avant de se placer aux cotés de son frère et de lui lancer: - Je vais t’aider. L’autre réponds alors: - De quoi tu te mêles C18? C’est mon combat, c’est la première fois que je m’amuse autant, il est à moi! - Tu t’amuses? Je ne pensais pas que prendre une raclée faisais partie de tes loisirs… Écoutes, il est bien plus fort que nous séparément, ensemble on peut l’avoir. Ne soit pas têtu, je te laisserai l’achever. Après un instant de réflexion, le frère cède enfin: - Entendu, mais si tu l’achèves à ma place, tu me le paiera. On l’affronte à deux. Une voix fort sarcastique intervient à cette réponse: - Ah… T’as enfin allumé la lumière C17? Il était temps que ton cerveau te serves à autre chose qu’a remplir ta grosse tête enflée! C17 montra violemment les dents devant le nouvel affront, et plongea sur le chat, suivit de prêt par sa sœur. Le contact est violent, l’échange de coups après encore pire. Cependant, l’optimisme de C18 semble fortement présomptueux, en effet, hormis le fait que Nekomajin se bat maintenant avec ses deux mains, rien ne semble changé par rapport à la situation précédente. Esquive précise et riposte ravageuse s’enchaine ainsi sans répit, bien que la situation se retrouve plus équilibrée qu’auparavant, les jumeaux étant bien plus à leur aise ensemble que séparément. Une attaque semble même atteindre son but. Alors que C18 contourne par la gauche le félin enrobé, le forçant à pivoter pour continuer à bloquer, C17 lance le tranchant de sa main sur la nuque très brièvement découverte. ÇA Y EST! Il a touché au but! Le cou semble se tordre sous la véritable lame qui tente de le cisailler entièrement. Une patte dorée se referme alors sur la main victorieuse avec une force suffisante pour lui fracturer plusieurs doigts et entraine le cyborg par-dessus son épaule pour le jeter au sol avec une puissance hors norme, fracassant littéralement le corps de l’androïde dans la roche ou il creuse un cratère profond de plusieurs mètres. C18 profite du bref battement pour abattre ses poings réunis en marteau sur le crane rond. Une nouvelle patte interromps le geste en se refermant sur le nœud de doigts, qu’elle maintient irrémédiablement coincé, empêchant la blonde de se défendre. Et une nouvelle fois, deux yeux perçant plongent dans l’azur des siens. Elle est nouveau surprise par le changement de ton entre le cassant effroyable adressé à C17 et le ton plein de compassion que le chat utilise à présent: - Tu n’as pas vraiment envie de m’attaquer n’est-ce pas? - Lâches-moi les mains pour que je te montre. - Arrêtes tes bravades, tu es venu uniquement pour m’empêcher de tuer ton frère. Parce que malgré les horreurs qu’il a commises, tu l’aimes encore. Et parce que tu penses que si tu le perds, tu n’aura plus personne… - Tu vas me dire quoi? Que tout le monde va m’accepter si je m’arrête maintenant? Que je peux te faire confiance, à toi et aux terriens? Pas la peine de te fatiguer, je ne te crois pas. - Pff… Tu n’imagines même pas à coté de tout ce que tu passes par amour pour ton monstre de frère. Quand vous aurez exterminé toute trace de vie sur terre, que vous restera-t-il? Qu’allez vous faire? Errer éternellement à attendre que votre énergie finisse peut être par s’épuiser d’elle-même? Ou vous suicider pour échapper à ça? - … Ce qu’il dit fait à nouveau son chemin à travers son esprit. C’est logique, que faire après… Mais jamais elle n’abandonnera son frère, c’était hors de question. Lui ne la trahirai jamais. Et soudain: - Big Bang Attack!! Un second soleil semble naitre à sa gauche et instinctivement elle tente de se protéger de son mieux sans ses bras prisonniers. Mais elle n’est pas la cible… Dans une explosion de lumière bleue, Nekomajin est éjecté comme un missile droit vers le sol deux cents mètres plus loin. Il s’écrase dans les arbres, creusant un sillon ou il finit par disparaitre? De grands bruits troublaient le calme de cette superbe matinée de printemps. Dans le curieuse maisonnette de Nekomajin, tous s’interrogeait sur l’origine de ce bouquant à réveiller les morts. Cell, debout tôt comme à son habitude (remarquez, il dort debout alors, il n’a aucun mérite) sortit dans le jardin pour inspecter les environs, avant de se diriger vers l’arrière cours de la propriété, intrigué. Quand il arriva au coin du mur, un reflexe sauva sa tête d’une cuisante brulure quand un éclair bleu le frôla de justesse. Il resta pantois devant cette vision. Au centre du jardin, un sorte de gros tourbillon d’énergie projeté vent et éclairs à la ronde dans un fracas de tout les diables (même de Dabra, c’est vous dire…). Le clone fut sorti de sa torpeur par un soudain cri tandis que Nekomajin, transformé en super saiyen 2, jaillissait de derrière le tourbillon pour tirer une rafale d’énergie à l’intérieur, ce qui eut semblait-il pour effet de calmer la fureur de la chose qui bientôt se mit à tournoyer paresseusement dans un silence relatif. Cell s’aperçut alors qu’il transpirait malgré lui. Des années de cohabitation avec son incroyable ami ne l’avait toujours pas blasé. Avec Nekomajin, l’inconnu était toujours au rendez vous… Celui-ci choisit d’ailleurs cet instant de réflexion pour remarquer son colocataire et atterrir à coté de lui, redevenant normal au passage. - Salut Cell! Bien dormi? Ton matelas n’est pas trop dur j’espère? Un goutte de sueur coula derrière la tête du guerrier vert. Des années à entendre régulièrement cette blague depuis que son imposant ami l’avait surpris debout en plein rêve dans sa chambre, et ça semblait toujours le faire autant rire… Enfin… - Non, confortable merci. Que fais tu? Ajouta-t-il en pointant du doigt la chose tournoyante. - Ça? Une petite expérience de mon cru. Je voulais voir si on ne pouvait pas utiliser l’énergie d’un super saiyen pour briser le mur entre les dimensions… - Et donc? - Réussi! Bon, Boo avait été capable de le faire mais je voulais vérifier si j’arriverai à « programmer » mon passage. Difficile ça, calcul quantique, très complexe! Ça m’a bien pris trois minutes. Bon j’ai du générer assez de puissance pour avoir la masse de la lune, d’un point de vue scientifique, c’était un peu tiré par les cheveux mais je me suis dit, « allez, ça se tente ». Et voila… C’est différent de ma porte dimensionnel, là au moins, je pourrais générer le passage de retour de n’importe où. - Tu comptes passer à travers cette chose? Pour aller ou? La ligne de Nekomajin s’éclaira soudain en entendant la question. - Je veux aller dans un univers bien précis, pour rencontrer une personne que j’ai toujours eu envie de connaitre. Un combat magnifique en perspective s’il accepte de m’affronter. - Qui? - Tu connais pas, il n’a pas existé ici… - Ici? - Dans cette dimension… C’est compliqué… Tiens, si tu veux, tape DBM sur internet, c’est un site comportant une étude assez sérieuse sur la théorie du multivers et les gens qui génèrent tellement de puissance qu’ils deviennent des centres de gravités… A lire, sincèrement, j’adore moi. - Euh… Si tu le dis, qu’est-ce que tu fais? Nekomajin avait commencé à léviter vers le tourbillon d’énergie. - Je pars bien sur! Si mes calculs sont corrects, j’atterrirai non loin du gars que je cherche. Prends soin de tout le monde. Au fait, tu pourrais trouver sur ce site un présentation d’un univers ou tu as massacré tout le monde au Cell Game, considère que ces scènes contient la mention « réalisé par des professionnels, à ne surtout pas reproduire chez vous, surtout avec un chat à la prestance certaine prêt à vous faire passer l’envie de faire le malin », d’accord? Cell déglutit difficilement puis acquiesça, et regarda Nekomajin plonger dans le gouffre entre les dimensions. Le chat bleu réapparut dans une zone de montagne désertique, jaillissant de son couloir fait main. Aussitôt celui-ci résorbé, le vacarme d’un violent échange de coups envahi les oreilles pointus du combattant. - Ah? Je ne suis pas loin on dirait. Et il s’envola aussitôt, entouré d’une aura blanche, vers l’épicentre du combat. L’air vibrait sous la puissance des chocs qui retentissait dans toute la zone, tandis que deux silhouettes se heurtaient dans les airs avec toujours plus de violence, les deux étaient auréolées d’or, mais seul la plus petite semblait peiner de l’affrontement. Il s’agissaient d’un homme et d’une adolescente, luttant pour leur entrainement quotidien. Un poing dans un gant blanc fut délicatement bloqué quand le plus vieux des deux tourna la tête en disant: - Attends Bra, une seconde. L’autre s’immobilisa immédiatement, regardant dans la même direction que son père. Les deux avaient maintenant conscience de l’étrange énergie qui se rapprochait rapidement d’eux. Ils se posèrent doucement, et l’homme dit: - On redevient normal, mais on reste prudent, c’est la première fois que je sens cette puissance, pourtant je peux sentir un grain de poussière effleurer délicatement une pétale de cerisier à deux cents kilomètres sur la gauche… La jeune Bra ne répondit rien, habitué qu’elle était au continuel explications de son père pour lui prouver à quel point il était overcheaté de la mort. Elle n’aimait pas être interrompu dans son entrainement avec son père, l’intrus allait le payer très cher, d’ailleurs, elle n’aimait pas les intrus. Ce qu’elle vit alors la pris au dépourvu (et Dendé savait qu’elle n’aimait pas être prise au dépourvu, le preneur au dépourvu allait le payer cher!). Devant le couple familial atterrit un chat géant (Bra détestait les chats! Surtout géant), tout bleu (argh! La pire de toutes les couleurs!) et affichant un immense sourire alors qu’il contemplait son père (et Bra détestait son père… Euh, non, pas cette fois, désolé… Vous savez ce que c’est, on veut faire du zèle… d’accord je me tais…). Le nouveau venu ouvrit la bouche en s’adressant à l’homme: - Ah! Tu dois être Vegeto, non? Ravi de te rencontrer enfin. L’interpellé sembla un peu surpris par les propos du chat, mais sourit néanmoins, après tout c’était normal, il était Vegeto. - Oui effectivement, c’est bien moi. Et tu es…? - Je m’appelle Nekomajin, mais tu peux m’appeler Z si tu veux. Puis, il posa les lignes sur Bra (qui détestait les lignes se posant sur elle!) et attendit qu’elle se présente. celle-ci croisa les bras avec mauvaise humeur et resta silencieuse, fixant hargneusement le félin (qu’elle détestait déjà!). Ce fut Vegeto qui réagit après un regard contrit vers son enfant: - Et voici ma fille, Bra, excuse là, elle est un peu ronchon. - Il n’y a pas de mal répondit l’autre tout sourire. - Et pourrais tu me dire ce que tu viens faire ici, Z? - Oh, c’est très simple, sans entrer dans les détails, j’aimerais vraiment beaucoup me battre contre toi. Deux paires d’yeux s’arrondirent ensemble sous le choc de la nouvelle (dont une paire d’yeux qui détestait s’arrondir!). Vegeto sembla totalement perplexe devant cette déclaration tandis qu’un sourire mauvais naissait sur le visage de la gamine qui lança, ouvrant la bouche pour la première fois: - J’peux le tuer, papa? - Non, chérie. Mais dis moi euh… Z, c’est ça? Tu es sur de ne pas te tromper de personne? - Tout à fait sur. - J’peux le bruler, papa? - Non, chérie. Mais, enfin, comment te dire… Je suis Vegeto… Tu es sure de vouloir te battre contre « Vegeto »?? - Tout à fait sur, ce serait sans doute le combat le plus exaltant de toute ma vie! - J’peux le noyer, papa? - Non, chérie. Je suis l’être le plus puissant de tout l’univers, j’ai vaincu des menaces que tu n’imagine même pas, j’ai tiré des démons maléfiques du sommeil simplement pour les tuer, tu comprends ce que ça veut dire? Les lignes de Nekomajin se froncèrent en entendant ça: - Que… Que je ne m’attendais pas du tout à entendre ça… Tu es pourtant un héros non? - J’peux l’éventrer, papa? - Non, chérie. Si, bien sur que je suis un héros, je suis le plus grand héros de l’univers, j’ai fait et défait des gouvernements tu sais. - Ah? Tu es un parti politique aussi? Tu m’impressionnes… Lâcha Nekomajin, qui commençait un peu à être déçu. Le froncement de sourcils passa sur le visage de Vegeto qui commençait un peu à perdre son calme: - J’peux l’épiler, papa? - Non, chérie. Tu sais, mon ptit Z, tu devrais éviter de te moquer de Vegeto… Dans ton intérêt… J’en ai tué pour moins que ça. - … Et ben, et tu en es fier en plus? Moi qui voulait un combat amicale avec un guerrier honorable entre tous, je repasserai… La mauvaise humeur commençait à monter en Vegeto. Un rictus mauvais passa sur son visage: - J’peux le broyer, pa… Et Nekomajin explosa totalement en un instant, hurlant à plein poumon sur l’adolescente qui recula d’un pas pour la première fois de sa vie (qu’elle détestait!) - MAIS C’EST PAS BIENTÔT FINI TES CONNERIES A TOI?????? C’EST QUOI CES FACON DE FAIRE, NOM D’UN CHAT??? T’ES COMPLETEMENT SIFFONE OU C’EST FAIT EXPRES???? C’EST TON KIFF DE TUER DES GENS, HEIN?? C’EST QUOI CETTE EDUCATION??? Les deux autres restèrent totalement figé, les yeux grand ouverts. C’était la première fois qu’on osait leur parler comme ça, une expérience qu’ils n’appréciaient vraiment pas. Montrant les dents, prête à bondir, Bra hurla à son tour: - J’PEUX LE DECHIQUETER, PAPA?? Et le père, lui aussi énerver, lâcha: - Oui chéri, amuses toi. Et la folle se jeta sur le félin dont les commissures des lèvres se relevèrent imperceptiblement.


Accéder directement à la page :


1 2 3 4 5 6 7 8